Galerie Saint Georges

Tableaux, dessins et objets d'art

Emilie Mediz Pelikan (1861 - 1908)

Peintre et lithographe autrichienne

Lithographie


Vers 1905

27 x 41 cm



Peintre, lithographe et aquarelliste, elle est la femme de Karl Mediz. 
Elle décide tôt de rejoindre l'académie des Beaux Arts de Vienne, dans le but d'étudier avec Albert Zimmermann. Elle suit son professeur quand il est nommé à Salzburg en 1880, puis à Munich en 1885. Elle reste à ses côtés jusqu'à sa mort en 1888. Ses voyages l'amènent à rejoindre la communauté d'artistes de Dachau, où elle fait connaissance d'Adolf Holzl. Après un séjour à Paris, elle passe un temps à Knokke, en Belgique. En 1889-1890, elle y rencontre le jeune peintre Karl Mediz et l'épouse. Elle gagne la reconnaissance du public en exposant sa peinture à l'huile Champs d'ajoncs, en 1890. Ludwig Hevesi écrit en 1903: "A Munich, personne n'a jamais vu un tel spectacle d'impressionnisme.". Néanmoins, les deux artistes vivent plutôt chichement à Vienne, où leurs œuvres sont rejetées. Leur fille Gertrud naît à Krems en 1893. Ils s'installent ensuite à Dresde. Leur percée arrive au tournant du siècle. Elle peut être lue à côté de Leibl, Uhde, Thoma ou Klinger dans les critiques de l'époque. En 1901, quelques une de ses œuvres sont exposées à l'Exposition Internationale d'Art de Dresde. En 1903, une exposition Mediz-Pelikan est organisée à la Hagenbund. La Galerie Moderne Belvédère acquiert deux de ses œuvres et d'autres expositions importantes suivent, jusqu'à sa mort soudaine en 1908. Elle est redécouverte dans les années 1980. 
 
 
Muséographie :
 
Belvedere, Vienne
Gemaldegalerie, Dresde
Oberosterreichisches Landesmuseum, Linz 
 
Bibliographie :
 
“A Vision of Nature, Traces of the Original World”, Michael Tobias, 1995
“Out of the darkness of Forgotten Existence: the Lives and Work of Karl Mediz and Emilie Mediz-Pelikan”, Ludwig Hevesi
“ Karl Mediz (1868 - 1945), Emilie Mediz-Pelikan (1861 - 1908): ein wiederentdecktes Künstlerehepaar : Gemälde, Pastelle, Zeichnungen" ; Gallerie Biedermann, Munich, 1987
"Emilie Mediz-Pelikan, 1861-1908, Karl Mediz, 1868-1945" ; Hochschule für Angewandte Kunst in Wien, 1986
 “E. Mediz Pelikan”, E. Tromayer, 1986
“The Art-Revival in Austria”, Charles Holme, 1906
“Two Austrian Painters: Karl Mediz and Emilie Mediz-Pelikan”, A.S. Levetus, 1905
 
 
In the  " Hagenbund " we also came to know the Dresden couple, Karl  Mediz (born in 1868) and Emilie Mediz-Pelikan (born in 1862).  They followed an almost identical path of expression and development, which led them to Dachau, to Uhde and to the Belgian fishing  village of Knokke some of the head-quarters of impressionist students.  Both husband and wife have a picturesquely fantastic vision of things, which, in their representation of ice-clad mountains, becomes quite  stylise ; and in contrast to a background of panoramic character, the  foreground is depicted with almost microscopic accuracy. Thus Karl  Mediz paints every thread, every hair in his life-size Eismanner, which  made his reputation and now hangs in the Modern Gallery ; and  in the same way Emilie Mediz-Pelikanin, her slender little trees  in tubs, which she generally likes to place on some terrace on a  Southern sea, depicts even the tiniest crack in the bark. They have  both painted much in these Southern seas chiefly about Corfu and  have studied the blue deep with a bird's-eye view as it were. Karl  Mediz is also a master of portraiture. He has done quite a series of  portraits of persons in Dresden society, all executed with minutest  precision.  
 The Art-Revival in Austria, Charles Holme, 1906