Galerie Saint Georges

Tableaux, dessins et objets d'art

Georges Bottini (1874 - 1907)



Au spectacle

Encre sur papier

c. 1900

12 x 15 cm



Georges Bottini, surnommé "le peintre des bars et des filles" débute sa carrière dans l'atelier de Cormon. Il travaille aussi dans l'atelier du restaurateur de tableaux Gardi. Peintre, dessinateur, lithographe et affichiste, il réalise des affiches, ainsi que des dessins de publicités et des illustrations d'ouvrages et expose au Salon de la Société Nationale des Beaux Arts entre 1897 et 1906. Lors de sa première exposition en 1889, il est salué comme un maître par Gustave Geoffroy. Amateur d'estampes japonaises, sensible à l'Art Nouveau, il trouve son inspiration dans les bars montmartrois, au Moulin de la Galette, au Bal Tabarin et dans les maisons closes. Dans son travail d'aquarelliste et de graveur, il met en scène ses thèmes de prédilection comme la vie nocturne et la foule de parias peuplant Montmartre. C'est l'exposition  « Bals, bars, théâtres et maisons closes » à la galerie Kleinmann, en 1899, qui le révèle au grand public. Il y rencontre Jean Lorrain pour qui il réalise l'illustration de La Maison Philibert, en 1904. En collaboration avec d'autres artistes, il a aussi illustré les Œuvres de F. Champsaur; Une heure du matin (1903) et Les minutes parisiennes (1903) de G. Coquiot. Ses illustrations ont aussi été publiées dans le journal Le rire. Il incarne la figure de l'artiste maudit dont les contemporains ont reconnu le talent mais qui vécut pourtant dans la misère. Bernard Baritaud parle de lui dans sa biographie de Mac Orlan (Pierre Mac Orlan: sa vie, son temps, Droz, 1992): "M. Herbert rapporte que Georges Bottini, totalement démuni, s'était entouré de toiles peintes simulant des meubles, tout en dessinant les plans du futur hôtel particulier qu'il entendait faire construire, fortune faite, avenue du Bois de Boulogne". Malgré sa pauvreté, son talent était admiré, notamment par Marcel Sembat (Les cahiers noirs: journal 1905-1922, éditions Viviane Hany) : "L'après-midi [...] visite de Bottini qui envoie de but en blanc un tableau à acheter mais le tableau est une petite merveille! Bottini est un Monteux qui a du talent".  
 
 
Bibliographie:
 
Martine et Bertrand Willot, « Nous étions trois amis intimes qui avions vingt ans aux alentours de 1897, Bottini, Launay et moi... - Récit biographique », dans Plein Chant n° 80
Edna Carter Southard, George Bottini, painter of Montmartre, Miami University Art Museum, Oxford, Ohio, 1984.
Saint-Georges de Bouhélier, Les années d'apprentissage de Bottini, 1913
Giovanni Fanelli et Ezio Godoli, Dizionario degli illustratori simbolisti e art nouveau, Florence, Cantini, 1990
 
Musées:
 
Musée du Petit Palais, Genève
Musée d'Orsay, Paris