Galerie Saint Georges

Tableaux, dessins et objets d'art

Georges Sheringham (1884 - 1937)



The wave

VENDU

Aquarelle et encre sur soie

Vers 1910

22 x 45 cm



Provenance: collection de Mrs. Emile Mond.
 
Peintre et décorateur de théâtre anglais, Georges Sheringham suit d'abord les cours de la Slade School of Art (1899–1901) et poursuit sa formation à la Sorbonne à Paris (1904–06). Ses premières expositions personnelles ont lieu dès 1905 à Paris et Londres. Il exposera aussi à New York, Venise, Melbourne, Bruxelles et Berlin. À partir de 1922, il expose avec la International Society. Sheringham obtiendra le Grand Prix du Salon de Paris en 1925. Il a conçu les décors et costumes de ballets, opéras et pièces de théâtre, tels que The Clandestine Marriage, The Skin Game, The Lady of the Camellias, Othello, Love in a Village, Derby Day, The Duenna... Pour la compagnie D’Oyly Carte, il réalise plusieurs décors et costumes, notamment pour The Pirates of Penzance (1929); Patience (1929)... 
 
Comme décorateur, il répond à de nombreuses commandes privées : une série de tableaux illustrant le poème celtique The Cauldron of Anwn est destinéé à Seaford House, à Londres, demeure du Baron Howard de Walden. Il réalise aussi les fresques de la salle de bal de l'Hôtel Claridge. Il est l'un des premiers à recevoir la distinction de the Royal Designers for Industry en 1937. Sheringham a aussi beaucoup travaillé dans le monde de l'édition, en illustrant des livres, entre autres the Happy Hypocrite (1915) de Max Beerbohm, les Canadian Wonder Tales (1917) de Cyrus MacMillan, ou encore La princesse lointaine (1919) d'Edmond Rostand. Par ailleurs, Sheringham est connu pour ses décors d'éventails, qui connaissent un grand succès et sont exposés à la Ryder Gallery à partir de 1909. 
 
Cette composition pour éventail est connue car publiée dès avril 1914 dans la revue The Studio (vol. 61 et no. 253, page 177). Elle appartenait déjà à Mrs Émile Mond, une figure de la société londonienne dont on peut retrouver le portrait par William Ranken (à Hepworth, Wakefield) ou Glyn Warren Philpot (exposé à la National Portrait Gallery). Elle témoigne d'un goût japonisant que Sheringham a déployé dans plusieurs de ses œuvres, telles que Fantaisie japonaise. A. L. Baldry en parle dans son article "Quelques éventails et panneaux décoratifs nouveaux de Georges Sheringham" (dans la même parution de la revue The Studio): "Si l'on peut lui trouver une tendance particulière comme décorateur, c'est probablement vers l'orientalisme.  Il a une extrême affinité avec les artistes asiatiques, par la richesse et la liberté du dessin, par la magnificence du coloris, par la suggestive disposition des formes et par l'ampleur du détail. [...] il a saisi le fond même de l'esprit oriental." 
 
 
Musées:
 
Tate Gallery, Londres
Victoria and Albert Museum, Londres
Southampton City Art Gallery
Laing Art Gallery, Newcastle upon Tyne
Nottingham City Museums and Galleries
Bewdley Museum, Worcestershire
Gallery Oldham, Oldham
Glynn Vivian Art Gallery, Swansea
 
 
Bibliographie:
 
Mary Chamot, Dennis Farr and Martin Butlin, The Modern British Paintings, Drawings and Sculpture, London 1964, II
A. L. Baldry, "Quelques éventails et panneaux décoratifs nouveaux de Georges Sheringham", The Studio, vol. 61, no. 253, avril 1914. Reproduit p. 177.